Deux chiens de races différentes qui s'entendent bien

Mon chien grogne sur mon nouveau chiot : comment faire ?

Il est normal, dans une certaine mesure, que votre chien grogne après le chiot, et que leur rivalité naissante pose quelques problèmes. Vous rêviez de complicité, et vous voilà avec une guerre ouverte sur les bras !

Gardez à l’esprit qu’un jeune chien étrange (… et étranger !) vient d’entrer dans la maison, plein d’énergie et sans manières, et qu’il envahit l’espace du chien plus âgé. Votre chien, déjà bien installer, risque fortement de lui signifier quelque chose comme “Ne va pas trop loin, je suis là, c’est mon espace. Ne t’approche pas trop. Et pas trop vite…”

Pourquoi mes deux chiens sont-ils en conflit permanent ?

Vous adoptez un chiot avec l’espoir que votre chien ait un compagnon avec qui partager des expériences, et pourtant, quand vient le moment de vivre ensemble, c’est un véritable cauchemar… Bagarres, grognements, intimidations et bêtises sont légion.

Votre idée était peut-être très bonne, mais il ne fait aucun doute que votre chien adulte ne la partage pas. Pourquoi ? Tout d’abord, nous devons considérer le chien comme une espèce à part entière, issue de son ancêtre le loup.

Les chiens vivent dans des organisations sociales très hiérarchisées, dans lesquelles les meutes qui sont créées sont des groupes très fermés dans lesquels il y a clairement des rôles très différenciés. Lorsque le chien entre dans une famille, il comprend qu’il commence à faire partie d’une meute. Alors qu’il est clair pour lui que sa meute est composée de X membres, soudain, un autre apparaît de manière inattendue, ce qui le perturbe beaucoup.

Du jour au lendemain, il est envahi par un autre être qui apporte une odeur différente, fait des bruits différents et est très agaçant car il le mord, lui enlève ses jouets, s’approche de sa nourriture, dort dans son lit, … Bref, d’un ennemi ! Ce n’est pas une expérience agréable pour le chien vétéran qui voit comment son espace, celui qu’il considérait comme le sien, a été littéralement envahi.

Bien sûr, tous les chiens ne réagiront pas de la même façon et il est clair que cela dépendra beaucoup du caractère de chaque chien. Si votre chien a un caractère dominant, le problème sera plus aigu. Alors, comment pouvez-vous agir ?

Que faire lorsque mon chien n’accepte pas mon nouveau chiot ?

Voici 3 conseils pour une transition en douceur :

  • Le premier jour où vous adoptez le chiot, ne l’amenez jamais chez vous lorsque le chien vétéran est à l’intérieur. L’introduction des deux chiens doit toujours se faire dans un endroit neutre, par exemple un parc. De cette façon, le chien n’aura pas l’impression que son territoire est envahi.
  • Lors de l’introduction, essayez d’apprendre à vous connaître en vous promenant ensemble ou en jouant ensemble. Il est important que vous fassiez bonne impression, que le premier contact soit agréable, afin que vous puissiez tous deux rentrer chez vous et entrer dans la maison ensemble. Le chien ne verra pas le chiot comme un envahisseur de votre maison, mais l’invitera à entrer.
  • Laissez le chiot explorer la maison : reniflez-la, explorez-la et laissez le chien l’accompagner.

Vous adorez les animaux mais vous ne savez pas comment les éduquer ? Cet article devrait aussi vous plaire : peut-on dresser un chat ?

Donnez du temps et de l’attention à votre chien

Des zones spécifiques séparées pour les deux chiens, surtout au début : voilà une idée intéressante. Faites en sorte que les couchages soient différents et séparés (même des chambres) et il en ira de même pour les bols de nourriture. Ne leur laissez pas la possibilité de se déranger mutuellement à l’heure des repas, car les bagarres et les désaccords sont le plus souvent causés par des problèmes de possession de nourriture, ils ne doivent donc pas se voir manger. Pas d’inquiétude ela ne devrait se produire qu’au cours des premières semaines.

Chien au milieu de sa famille

Lorsque la relation entre votre chien et votre chiot se sera assainie quelque peu, vous pouvez aménager un espace spécifique pour eux deux, tant pour dormir que pour manger.

Attention : ne prêtez jamais plus d’attention au chiot qu’au chien ! Inconsciemment, nous avons tendance à accorder plus d’attention au chiot parce qu’il est plus amusant et éveille un sentiment de protection, mais cela peut provoquer de la jalousie chez l’autre chien, qui peut considérer le chiot comme un rival. Il faut donc être très prudent avec cela. L’attention doit être répartie équitablement entre les deux chiens.

Pour une transition en douceur, soyez attentif à l’un comme à l’autre

Ne changez pas les habitudes que vous aviez déjà avec le chien. Si le chien voit qu’avec l’arrivée du chiot, ses habitudes changent, il peut modifier son attitude envers le chiot.

Les grognements sont normaux et nécessaires et nous ne devons jamais agir ou faire de la médiation entre les chiens : ils doivent gérer eux-mêmes leur relation. A vous de faire en sorte que celle-ci se déroule sur un terrain neutre et serein. Notons d’ailleurs que les chiots sont généralement très actifs, ils veulent jouer tout le temps, ils mordent tout et tout le monde, et il est courant que le chien grogne et donne même un avertissement. C’est un processus tout à fait normal et il faut le tolérer : cela montrera aussi à votre chien qu’il doit faire preuve d’un peu de diplomatie.

Mon chien est très dominant, peut-il laisser une place à mon nouveau chiot ?

Certains chiens, en particulier les chiens dominants, accueillent le nouveau membre en le chevauchant continuellement. Dans leur langage, le montage est fait pour faire comprendre au nouveau membre qu’il est au-dessus du nouveau venu dans la hiérarchie dont il parlait auparavant. C’est un comportement normal pendant les premiers jours et qui tend à disparaître. Si elle ne disparaît pas, il faut alors envisager la castration, toujours avec l’avis d’un vétérinaire.

La castration permettra d’éviter qu’un rapport de soumission s’installe, et par la même un climat d’anxiété. Pour éviter la castration et aider vos chiens à trouver leur place, l’exercice est un excellent exutoire. L’activité physique est le meilleur remède pour les deux pour renforcer la relation, des activités où ils s’amusent, qui associent des choses agréables qui se produisent avec le fait d’être ensemble, etc.

Soyez patient… et compréhensif !

Imaginez que demain un enfant soit amené chez vous pour s’occuper d’un de ces enfants super actifs qui ne s’arrêtent pas une seconde, comment vous sentiriez-vous ? Eh bien, c’est comme ça que sera votre chien.

Pendant les premières semaines, donnez-lui ses repas, ses jouets et tout le reste dans des pièces séparées et ne laissez pas votre chiot fourrer son nez pendant qu’il mange et joue, cela empêchera les grognements de passer à un autre niveau.

De plus, vous devriez même accorder plus d’attention à elle qu’au chiot afin qu’il ne se sente pas exclu, et s’il arrive que vous soyez avec elle en train de la caresser et que le petit vienne réclamer de l’affection, vous devriez le bloquer (si possible avec votre corps et non avec vos bras) et continuer avec elle, afin qu’il sache qu’il recevra de l’attention quand vous le voudrez, et non quand il le voudra.

Vous verrez qu’au bout de quelques semaines, ils dormiront, joueront et même mangeront dans le même espace. Enfin, dans les cas plus graves où la coexistence devient pratiquement impossible, nous encourageons toujours, avant de prendre une décision trop rapide, à faire appel aux services d’un éducateur canin.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *